24/10/2018

BIM : une révolution dans l’acte de construire

Le déploiement de la technologie de Building Information Modeling (BIM) apporte une vision augmentée, un support collaboratif et un outil d’optimisation économique et technique au monde de la construction. Si le BIM ne révolutionne pas le bâtiment lui-même, il permet d’en créer un avatar pour le concevoir, l’exploiter et finalement le démolir dans les meilleures conditions. Une innovation qui booste la créativité des ingénieurs et soutient leurs exigences de précision.

Par Albane Levieux responsable de l’entité Bâtiment & Infrastructures d’Assystem

  Tout commence dès les phases de conception de nouveaux bâtiments. Dans un contexte de lutte contre le changement climatique, d’économies d’énergie et de vigilance accrue face aux risques d’attaques en tous genres, construire des immeubles ou des infrastructures revient à réaliser des projets particulièrement complexes. Ils intègrent des matériaux nouveaux, des automatismes, une connectivité ou encore des énergies nouvelles, des contraintes réglementaires accrues et spécifiques. Et conduisent donc de plus en plus d’acteurs à intervenir. Autant de facteurs qui exigent de pouvoir piloter agilement et conjointement les projets de construction d’aujourd’hui et de demain.

Repérer les problèmes en amont et optimiser les coûts

C’est notamment ce que permettent de faire les outils BIM (Building Information Modeling). Concrètement le BIM est une maquette numérique en 3D qui s’alimente des multiples données apportées par les architectes, ingénieurs, bureaux d’études et autres maîtres d’œuvre travaillant à la conception d’un bâtiment. Très en amont, et avant la pose des premières structures, cette technologie permet de créer des modèles virtuels et donc de visualiser le bâtiment dans toutes ses dimensions. Il est ainsi possible d’effectuer très tôt des analyses et des simulations (structurelles, énergétiques, respect des normes, interfaces techniques…) pour détecter tout problème avant la mise en chantier et améliorer la qualité de la conception. Tenue à jour par les différents intervenants, cette maquette numérique permettra donc aussi de mieux maîtriser les coûts et de respecter les délais.

Avec le BIM et la visualisation 3D qu’il permet, on construit donc une première fois le bâtiment, mais virtuellement. On en crée l’avatar. Les ingénieurs Assystem ont par exemple réalisé la synthèse technique – c’est-à-dire la compilation de tous les réseaux qui passent dans un bâtiment – de la Station F à Paris. Nous sommes partis des plans 2D de l’architecte Wilmotte, suite à quoi nous avons modélisé l’intégralité du bâtiment et ses réseaux ; le tout à l’intérieur d’un ouvrage existant. Ce qui nous a permis de nous apercevoir très tôt que le positionnement de la galerie d’amenée, laquelle alimente tous les fluides du bâtiment, n’était pas fonctionnelle. Nous avons donc pu effectuer des modifications en amont et éviter tout surcoût dans la réalisation ensuite.

Une révolution est ainsi en train de s’opérer. Elle est identique à celle qu’a connu le secteur de l’automobile il y a quelques décennies avec la conception en trois dimensions et le fait de pouvoir la faire évoluer en l’alimentant de datas. Cette innovation vient donc bouleverser l’acte de construire, et modifie les modes de travail qui deviennent plus collaboratifs.

 

Virtuel, évolutif et collaboratif

Le bâtiment et sa conception réclament le savoir-faire et l’expérience des ingénieurs. Avec le BIM, ce travail est compilé, consolidé. Et cela ne concerne pas seulement l’amont d’un projet de construction. Durant toute la phase de sortie de terre d’un immeuble, la maquette va s’enrichir des données apportées par les différents corps de métiers. Elle va permettre de mieux organiser la vie de chantier et de coordonner les actions de chacun.

Avec le BIM, nous sommes donc en mesure de collecter et d’interconnecter toutes les données techniques amenées par les différents acteurs. Données liées au revêtement des surfaces, aux fluides, aux vibrations ou relatives à l’intégration d’automatismes, tout est implémenté en temps réel dans la maquette numérique. Et bien sûr, le BIM est raccordé à tous les logiciels dont nous disposons aujourd’hui, de surface, de ventilation, d’acoustique…pour mettre en œuvre une réelle interopérabilité.

Au final, grâce au BIM, la maquette numérique d’un bâtiment évolue en temps réel. Et une fois la construction achevée, le maître d’ouvrage dispose non seulement de son bâtiment mais aussi de son clone numérique, avec toutes les données des équipements qui intègrent le bâti.

Un terrain de jeu idéal pour les ingénieurs

Le caractère innovant du BIM vient donc du fait qu’on peut exploiter la maquette comme une base de données. Elle est exploitable à toutes les phases d’un projet de construction, depuis la conception jusqu’à la démolition, en passant par la réalisation, l’exploitation et la maintenance du bâtiment.

Pour les ingénieurs les plus chevronnés comme pour ceux sortis d’école, le déploiement – encore à ses prémisses – des outils BIM est une aubaine. Dans un secteur aussi rodé que le BTP, cette technologie disruptive donne un nouveau souffle et permet d’envisager des constructions et des usages nouveaux.

Les jeunes ingénieurs arrivent à un moment où tout est encore à faire et à l’heure où peu de réalisations sont encore envisagées sans le recours au BIM. Toutefois son utilisation peut encore être enrichie. Il s’agira par exemple d’améliorer encore les systèmes de calcul et l’exploitation automatique de données par la maquette 3D pour faire sortir de terre les plus beaux ouvrages imaginés par des architectes talentueux. La maitrise et la créativité des ingénieurs sont ainsi en première ligne pour la réalisation d’immeubles, stades et autres bâtiments de la ville de demain. Comme le disait déjà Gustave Eiffel en son temps, « quelle que soit la branche que vous avez choisie, dans votre vie future appliquez-vous à développer un progrès aussi minime soit-il. Vous en ferez un bien général ». Plus que jamais donc, les ingénieurs doivent faire confiance en leur ingéniosité et leur créativité.

Albane Levieux
Publié par :
Albane Levieux
Responsable de l’entité Bâtiment & Infrastructures d’Assystem

Assystem

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.