Dans nos sociétés modernes, la connexion Internet apparaît comme une évidence, garantie et indispensable.

Or, la connexion est la base de la communication, et la communication, c’est le progrès.

On peut donc aisément comprendre que pour l’Afrique, c’est un défi de taille. Ce continent qui, historiquement, accuse un retard de développement dans un monde interconnecté, se met doucement à la page. Mais pourquoi doucement ?

L’Afrique dispose dans son ensemble d’une couverture 3G, mais sa population manque d’infrastructures et de moyens pour en profiter.

Pour preuve, le coût d’un appel du Kenya au Nigeria coûte 6 fois plus cher que vers les USA ! Le problème de l’électricité reste le défi majeur : les coupures de courants, fréquentes et longues, ne permettent pas une connexion stable.

Les ingénieurs de BRCK ont donc trouvé une réponse technologique pour pallier le manque d’infrastructures et de stabilité.

Leur boîtier éponyme sert de relai réseau, à condition qu’il y ait une couverture 3G, en insérant une ou plusieurs cartes SIM.

On peut ensuite y connecter jusqu’à une vingtaine d’appareils.
BRCK pourrait donc servir de solution de remplacement en cas de coupure, notamment dans les écoles et hôpitaux, mais aussi de connexion principale dans les régions les plus reculées !