De quoi sera fait le futur ? C’est une question sans réponse, sauf pour certains d’entre nous.

Joël de Rosnay est de ceux-là : en 1975, il anticipait les grandes tendances actuelles dans son livre Le Macroscope avec brio.

À bientôt 80 ans, il récidive et signe  » Je cherche à comprendre : les codes cachés de la nature » (Éditions Les Liens qui Libèrent).

Entre les deux, le monde s’est complexifié mais ce surfeur-scientifique est resté sur la vague de l’innovation. Cette innovation qui fait peur à tant de grands noms, de Bill Gates à Stephen Hawkins, est aussi porteuse d’espoir.

Face à l’obscurantisme d’une intelligence artificielle incontrôlée, d’un transhumanisme élitiste et d’un individualisme paradoxalement connecté, Joël de Rosnay propose une intelligence collective augmentée et l’hyperhumanisme.

Car il ne faut pas s’y tromper, nous sommes déjà augmentés de par nos smartphones par exemple, et l’avancée est inéluctable. Mais, à la manière d’un surfeur, l’Homme doit se maintenir en déséquilibre contrôlé au milieu de forces qu’il, s’il ne les contrôle pas, peut utiliser à bon escient.

Il ne faut donc pas tant craindre l’intelligence artificielle que la bêtise naturelle.

Si toute chose a un code, qu’il soit biologique, numérique ou génétique, il est de notre ressort d’appliquer celui qui définira notre futur, sous-jacent à tout ce que nous sommes en mesure de comprendre : le code éthique.