Dans un monde au bord du chaos, les habitants ont trouvé refuge dans un système mondial de réalité virtuelle : l’OASIS.

Bienvenue en 2045, dans le nouveau Spielberg Ready Player One. Cette adaptation du roman homonyme d’Ernest Cline vous propulse dans une dystopie où la plupart de nos peurs concernant le futur se sont réalisées.

Crise énergétique, changement climatique, famine, pauvreté et désastres sont de mise dans ce futur proche effrayant. Pour une fois, ce n’est pas l’IA qui dépasse l’Homme, mais l’Homme qui se réfugie dans une technologie qu’il contrôle : la réalité virtuelle.

Un simple jeu est devenu une société virtuelle, faisant de son créateur un des puissants de ce monde fictif. Mais à l’heure de son décès, il lègue sa fortune et sa société à celui qui trouverait l’easter egg caché dans l’OASIS.

La population se lance donc dans une quête virtuelle aux conséquences réelles. Réalité et virtuel s’entremêlent dans ce film où les Hommes se font rattraper par leurs déboires passés. Le monde de l’innovation peut prendre ce film comme une critique d’un milieu où l’on se perd en gadgets et futilités qui nous font oublier l’essentiel.